Maman cède à son fils

Publié par

Dans la catégorie Récits incestueux

Étiquettes :

Temps de lecture :~ 7 min

Depuis que son mari l’a abandonné, Juliette n’a plus goût à rien, pour oublier son infidèle mari, elle se voue corps et âme à son fils Marc qu’elle adore, (il prépare un master) et à son travail qu’elle fait sans rechigner. Les mois passent, Juliette ne sort que pour faire ses courses. Son fils voit sa maman dépérir jour après jour. Il doit faire quelque chose. Il choisit le jour de son anniversaire, pour lui proposer de faire une sortie pour fêter l’événement. Très réticente Juliette cherche des prétextes pour ne pas sortir.

Marc lui dit en prenant un ton mielleux :

– Maman c’est mon anniversaire, tu ne peux pas refuser de sortir avec moi un jour pareil, d’ailleurs j’ai réservé une table pour diner dans un resto mondain !

Juliette, très embarrassée, fini par accepter, elle prend une douche puis monte s’habiller. Marc passe devant la chambre de sa maman, il frappe avant d’entrer. Sa maman est assise devant sa coiffeuse et, lisse sa longue chevelure. Marc se place derrière, elle pose ses mains sur ses épaules et, lui donne un baiser très appuyé sur le cou.
Juliette frissonne, elle cesse de se coiffer elle penche sa tête en arrière, Marc lui donne un gros baiser sur le front et lui dit tendrement :

– Je suis certain, maman, que tu seras la plus belle ce soir, met une longue robe, il n’y aura que des rupins là-bas !

Juliette presse la main de son fils et le remercie pour ses paroles. Marc sort et s’apprête pour la soirée. Il redescend et attend que sa maman fasse de même. Soudain, sa maman apparait gainée dans une longue robe fendue sur le côté avec de fines bretelles. Son corps, moulé dans le fin tissu bleu, lui donne un air de star. Marc siffle d’admiration, elle prend un petit sac à main en souriant à son fils, elle lui dit :

– Je te plais ?

Marc jubile de bonheur et lui répond :

– Tu es magnifique maman, tu vas être la reine de la soirée !

Les deux montent dans la voiture, Marc fait le chauffeur. Après quelques kilomètres, ils arrivent au restaurant dont la réputation, n’est plus à faire. Le maitre d’hôtel les mêmes à la table retenue et appelle un serveur. La commande faite, les deux prennent le verre offert par la direction. Leur table est au bord de la piste de danse ou quelques danseurs évoluent.  Beaucoup de couple sont d’un certain âge.

Marc regarde sa maman en souriant, beaucoup se retourne discrètement pour l’admirer. Certains se demandent si le jeune homme qui accompagne la femme ravissante plus âgée et son amant. Marc bombe le trône fièrement, en fixant du regard et en souriant les envieux.  Les femmes qui passent devant eux, les toisent de haut Cela fait sourire Marc Juliette ne prête pas attention aux regards qui la jalousent. Pour mettre de l’huile sur le feu, le bougre prend la main de sa maman et l’embrasse plusieurs fois.

La musique cesse, les danseurs rejoignent leur place pour se désaltérer et reprendre quelques forces. La lumière se tamise, cela annonce un slow. Marc se lève, il prend la main de sa maman et l’invite courtoisement à danser. Juliette lui sourit et accepte. Ils rejoignent la piste et s’enlacent, les corps ondulent au doux son de la musique, les bassins se frottent l’un contre l’autre. Marc est fier de danser avec une femme si jolie, de nombreux regards envieux se posent sur eux. Marc serre très fort sa maman, il lui donne plusieurs petits baisers sur le cou, malicieusement il lui mordille le lobe de l’oreille. Juliette soupire, elle regarde tendrement son fils, les visages sont si près que leurs lèvres se frôlent. Juliette dépose sur le front de Marc un doux baiser. Le gredin appuie fortement son bassin contre celui de sa maman, les ondulations qu’il fait sont, sans équivoques. Juliette, sent contre son bas-ventre le membre de son fils prendre de l’ampleur. Elle se cambre légèrement, la pression sur son bas-ventre se fait plus forte.

Juliette ronronne doucement contre le corps, elle pose sa joue contre celle de Marc et y donne un petit baiser. Marc profite des circonstances, pour tourner la tête et poser ses lèvres sur celles de sa maman. Juliette, inconsciemment, entrouvre la bouche, la langue agile de son fils s’engouffre rapidement dans la faible ouverture. Et se noue à la sienne. Soudain Juliette réagit, elle recule la tête pour échapper au baiser qu’involontairement elle avait acceptée. Les regards s’accrochent, les yeux de Juliette se remplissent de larmes. Marc tente de se faire pardonner en lui donnant de nombreux baisers sur tout le visage. Quelques larmes glissent sur les joues de sa maman. Marc aspire une larme puis, regarde sa maman amoureusement, il lui dit entre deux respirations :

– Oh maman, toi, toi !

Juliette est très émue, elle comprend que quelque chose se passe entre eux même si c’est contre nature. Elle sent la verge qui a l’air imposante contre son ventre. Marc lui saisit la main et la descend lentement. Les deux mains unies, s’insèrent entre les deux ventres. Marc place la main de sa maman sur l’énorme bosse qui déforme son pantalon. Juliette, sans s’en rendre compte, presse la verge tendue. Soudain elle sursaute et retire sa main en disant faiblement :

– Mon Dieu qu’est que je fais, je deviens folle !

Elle décolle son corps de celui de son cavalier téméraire. Mais heureusement la danse cesse. Les deux s’assoient, ils se regardent longuement sans dire un mot. Le serveur arrive avec les plats. Le repas est délicieux, les deux se régalent. Après une courte pose, l’orchestre refait un slow. Marc regarde sa maman, elle pousse un gros soupir et se lève. Ils s’enlacent à nouveau sur la piste, les deux corps se soudent et ondulent à nouveau. Rapidement le membre vigoureux de son fils se remet à se dresser. Juliette dit doucement à l’oreille de Marc :

– Sois sage mon chéri, je suis ta maman, je sens parfaitement contre mon bassin ton émoi !

Marc répond tendrement :

– C’est toi maman qui me met dans cet état, tu es si belle !

Le coquin pousse plus fort, Juliette pousse un soupir bruyant, très gênée elle dit :

– Ce n’est pas sain mon chéri, terminons notre repas et rentrons, je t’en prie !

Marc, déçu, se résout. La repas se termine en sent une tension entre le couple, après le café et le pousse café et après avoir réglé l’addition. Ils rejoignent la voiture, pendant le voyage, ils n’ont pas échangé un seul mot. Juste que quelques regards évocateurs. Pour Juliette le parcours parait interminable, elle est ma à l’aise, elle frissonne de temps en temps. Enfin ils arrivent, La maman émue pose son sac et va à l’évier se servir un grand verre d’eau. Marc la suit, il est derrière elle, il l’enlace et lui murmure à l’oreille :

– Je t’aime maman, je suis fou de toi !

Juliette peine à finir son verre d’eau. Elle se retourne et lui dit :

– Tu ne peux pas être amoureux de moi, mon chéri je suis ta maman !

Marc la prend dans ses bras, son visage est près du sien, elle sent son souffle chaud, elle se met à trembler et peine à dire :

– Mon Dieu, mais qu’est que je t’ai fait pour en arriver là !

Marc approche dangereusement ses lèvres et dit :

– J’ai envie de toi maman !

Elle le regarde, ses yeux sont suppliants, elle finit par avouer :

– Moi aussi mon chéri j’ai envie de toi, mais nous ne pouvons pas nous aimer physiquement, il n’est pas moral qu’une maman et son enfant fassent l’amour ensemble !

Marc réagit en répondant fortement :

– Au diable la morale maman, nous avons tant besoin l’un de l’autre !

Juliette le regarde, son cœur bat terriblement, elle ne sait que faire. Soudain, elle se plaque contre lui et le serre fortement. Leurs lèvres se joignent pour un très long baiser d’amoureux.

À suivre


Votes des lecteurs :
Pas convaincu(e)J'ai moyennement apprécié le récitJ'ai aimé l'histoireJ'ai adoré, un véritable fantasmeOrgasmique ! (11 vote(s), moyenne : 4,09 sur 5)

Plus d'histoires et de fantasmes :

                  1 réaction

                  Commenter le récit :