Mon épouse

Publié par

Dans la catégorie Récits cocufiage

Étiquettes : , ,

Temps de lecture :~ 11 min

Je suis marié depuis peu avec ma petite Thérèse, jolis brune aux grands yeux bleus, des petits seins en pomme et un gros fessier bien bombé qui attire les regards des hommes lorsque nous nous promenons.
– Depuis quelques jours elle se plaint de douleurs dans le ventre, et sur les conseils d’une amie nous voici dans la salle d’attente du docteur X qui serait selon cette amie à même de résoudre ses problèmes, elle aurait été guérie de symptômes similaires.
– Quelques patients sont déjà passés et j’ai pu constater , lorsqu’il venait les chercher qu’il semblait aimable ,grand plutôt jeune, bel homme, et qu’il ne manquait pas de sourire à chaque fois à ma femme.
– Il entre ; sourire vers mon épouse, et lance : Thérèse !?
– Ma femme se lève ; c’est à vous, entrez et déshabillez-vous !
– Il a prononcé cette phrase devant les trois autres patients ; un vieux couple et un jeune homme boutonneux qui a aussitôt fixé mon épouse en rougissant.
Je pense qu’il aurait pu s’abstenir de dire ça en public.
– Nous entrons dans le cabinet de consultation ; allez-y jeune femme , mettez-vous en sous-vêtements ; dans un premier temps ajoute-t-il en souriant ; vous êtes le mari, fort bien ! Prenez cette chaise Je m’assieds en regardant ma femme déboutonner son corsage, puis zipper la fermeture éclair de sa jupe et l’ôter.
– Je me fais la réflexion que c’est la première fois que je volis ma femme se dévêtir devant un autre homme ; bon c’est un docteur !
– Elle a gardé ses collants ; ôtez vos collants , ce sera mieux !
– Elle s’exécute, la voici en petite culotte blanche et soutien-gorge assorti ; ça me fait quand même un drôle d’effet, et je me surprends à ressentir comme une légère excitation !
– Il fait asseoir ma femme sur une chaise devant lui, prise de tension, la fait lever ; pesée ; taille ; bon tout est normal jusque là !
– Vous allez maintenant enlever vos sous-vêtement , nous allons approfondir l’examen ; lorsque vous serez nue vous irez vous installer sur la table et vous mettrez vos jolis petits pieds dans les étriers de façon à vous ouvrir au maximum !
– Ma femme dont le visage a pris une légère teinte rose passe els mains dans son dos, dégrafe le soutien- gorge, l’enlève, la voici poitrine nue, ses petits nichons à l’air, et je remarque que les petits bouts bruns pointent ; elle passe les mains sous l’élastique de la culotte et, la baisse, elle lève ses pieds pour l’ôter, la voici entièrement nue, le toubib est allé fouiller dans un tiroir de son bureau et en sort un portable .
– J’ai l’habitude de prendre des photos de mes patients pour constituer leur dossier ; ça me permet de faire des comparaisons entre deux consultations et noter les différences : aspect, couleur pigmentation , ect.
Il a dit cela en me souriant
– Ne vous inquiétez pas cela reste confidentiel, encore qu’il , arrive que je demande l’avis d’un confrère parfois, mais cela reste entre médecins !
– Pendant ce temps, ma femme s’est allongée sur la table d’examen, nue cuisses écartées, le sexe à demi-ouvert ; la position dévoile même son petit anus brun étoilé !
Toujours souriant le docteur prend tranquillement des clichés de Thérèse nue , je me rends compte qu’il fait prend non seulement des gros plans de son sexe, de ses seins, mais aussi des plans généraux ;
– Il est indispensable de voir le visage ma fait- il ; cela évite des confusions entre patientes !
– Voilà , il vient de photographier le corps nu de ma femme, je ne sais pas je n’aurais pas dû protester , mais je n’ai pas oser ;par contre je me rends compte que le début d’excitation s’est transformé en érection ! Je me demande même si le toubib ne s’en est pas rendu compte, car le léger sourire qu’il arborait à mon encontre s’est élargi quand il m’a jeté un coup d’œil pour voir ma réaction ; il a sûrement remarqué la bosse sur le devant de mon pantalon !
– Il est maintenant penché sur ma femme, ses mains palpent son corps, ses seins, il titille même les bouts ; c’est très bien, ils sont sensibles ; puis les mains descendent vers le ventre il palpe.
– Est-ce dans cette région vos douleurs Thérèse ?(il appelle ma femme par son prénom) ;
– Les mains descendent encore, une main appuie sur le pubis, puis je vois un doigt, puis deux qui pénètrent son sexe, en tournant délicatement, il n’a pas mis de gant !
– Il les fait coulisser entrant et sortant doucement du con de ma femme qui est devenue un peu plus rouge ; je l’entends qui souffle un peu plus fort, puis comme les doigts glissent un peu plus rapidement dans un mouvement de piston je l’entends nettement pousser un petit couinement !
– C’est très bien commente le docteur, il sort ses doigts et pose son majeur sur le bouton de ma femme ; nous allons vérifier la sensibilité de son clitoris, qui est très important !
– Vous remarquez que je ne mets pas de gants, c’est pour mieux ressentir !
– Son majeur caresse alors doucement le clito de Thérèse qui commence à couiner de plus en plus fort, en fait il branle ma femme je me dis en bandant de plus en plus ; son doigt tourne et retourne sur son clito, il glisse ensuite entre ses lèvres du haut en bas puis reprend ses chatouilles du bouton.
– Le visage de ma femme est rouge , elle a fermé les yeux, et je vois ses cuisses qui semblent s’écarter encore plus pour ouvrir son sexe au maximum !
– Dîtes moi Thérèse, vous allez répondre avec franchise à mes questions,(il continue de la branler pendant son interrogatoire) ;lors de vos rapports sexuels avec votre mari, arrivez- vous facilement à l’orgasme ? Et surtout y parvenez-vous ?
– Je ne m’attendais pas à cela !
– Euh euh , fait ma femme je.. euh..
– Alors, dîtes moi insiste le praticien !car je pense que vos douleurs pourraient avoir pour origine un manque d’orgasme, vous savez que c’est absolument indispensable à une bonne hygiène de vie !
– Il continue de la branler doucement passant de son bouton à son anus qu’il caresse du bout des doigts, puis revenant au sexe il le pénètre avec cette fois- ci trois doigts qu’il coulisse comme si elle se faisait baiser, les ressort pour revenir à son bouton qu’il chatouille habilement !
– Alors insiste-t-il cet orgasme ?
– En fait non murmure ma femme entre deux petits gémissements de plaisir ; non jamais !
– Je suis soufflé, je ne m’attendais pas à sa réponse.
– Je m’en dotais un peu ce sont des douleurs psycho-somatiques, en fait vous avez besoin de jouir !
– Oui, oui docteur murmure–t-elle à voie basse.
– Votre mari vous besogne longtemps pendant vos rapports ?
– Oh, non pas assez longtemps !
– Je vois fait le docteur il est plutôt éjaculateur précoce, non ?
– Oui un peu.
– Combien de temps dure-t-il ? Plusieurs minutes ?
– Plusieurs secondes plutôt répond ma femme !
– Je comprends, et son sexe a- t- il des dimensions suffisantes ? Est-ce qu’il vous remplit suffisamment ?
– Oh pas vraiment lance ma femme !
– Je suis sidéré ; cette consultation tourne à la critique de mes performances sexuelles ! Je savais que j’allais un peu vite en besogne mais à ce point !
– Nous allons voir ça lance le doc ; je vous abandonne un moment il faut que j’examine un peu le mari, je reviendrai vers vous ensuite et je vous promets que vous serez satisfaite et donc guérie.
– Il se lève vient vers moi qui suis rouge de honte !mon érection a baissé de ce fait.
– Allez jeune homme me fait-il levez-vous et baissez votre pantalon et votre slip !
– Comme j’hésite il fronce les sourcils ; ne faîtes pas l’enfant c’est indispensable, allez ! on se déculotte ! c’est pour le bien de votre épouse !
– Je finis pas m’exécuter, pantalon et slip aux chevilles, tout penaud, ma bitte a perdu un peu de sa raideur !
– Il me me fait venir aux cotés de Thérèse, debout, puis il prend mon sexe en main et le manipule en décalottant le gland ; sa main est chaude, il me branle doucement, je ne sais pas quoi dire, quoi penser !
– Regardez le sexe de votre femme, il a grand besoin qu’on s’en occupe sérieusement, c’est tout !
– Maintenant observez, imaginez que ma main c’est le sexe de Thérèse et regardez !
– Je le vois porter son autre main a sa braguette il baisse à demi son pantalon et son slip, sort une queue de bonne taille bien dure, le gland décalotté et avant que j’ai pu prononcer une parole il s’est installé entre les cuisses de ma femme et sans un mot il la pénètre !
– Humm fait Thérèse en ouvrant grand les yeux !
– Et il se met à la limer tranquillement tout en me branlant !
– Vous allez constater une certaine différence vous pouvez compter jusqu’à dix et vous aurez joui !il accélère son mouvement de poignet tout en continuant de baiser ma femme !
– Et naturellement en quelques secondes je décharge, astiqué fermement tout en voyant ma femme se faire mettre je n’ai pas mis longtemps à jouir !
– Alors que l’homme qui la besogne continue son œuvre ,je vois grosse queue qui entre et sort d’une manière régulière du conin de ma femme qui s’est mise à gémir !
– Alors Thérèse, vous voulez que je cesse ?
– Oh non non : continuez ! Oui !! encore ! encore ! c’est bon !
– C’est ça qu’il vous faut bien sûr ajoute–t-il, un amant bien pourvu et endurant ?
– Oui oh oui docteur ! continuez allez y ouii encore !plus fort !oui, c’est bon, si bon, comme ça !
– Vous allez jouir Thérèse ?
– Oui je vais jouir, ça vient , ça vient !encore un peu ! ouii plus fort oh oui baisez moi !! oui ça y est ça vient !
– Je suis abasourdi l’homme vient de limer le sexe de ma femme pendant plus de dix minutes, il me regarde en souriant tout en tringlant ma petite femme qui se tord de plaisir en haletant et prononçant des mots sans suite !oui ! encore !c’est bon ! oui baisez moi –Puis ! Ça y est ça y est je jouis !!Oh c’est trop bon !je viens oui ouiiii ça y est !
– Han han fait l’homme qui lui aussi finit par éjaculer en elle humm
– Très bien ma petite Thérèse nous avons trouvé d’où venait le problème !
– Oh oui docteur !
– Seulement je ne pourrai pas m’occuper de vous il va falloir vous trouver un ou plusieurs amants bien pourvus et endurants qui vous convienne ; vous avez peut- être déjà un nom ou bien un prénom qui vous vient en tête ? il sourit en se rhabillant ! Parmi les amis de votre mari et avec sa complicité bien sûr ce sera mieux !
– Vous êtes si mignonnes que j’essaierai de vous revoir soit en consultation soit j’irai vous visiter mais je ne vous promets pas régulièrement, mais en attendant que vous trouviez le candidat qui convient !
– Rhabillez-vous tous les deux ; je vais vous faire une ordonnance ; et il écrit :
– Prendre un ou plusieurs amants, bien pourvus et endurants et se faire mettre le plus souvent possible !
– Je crois que vous devez être très demandeuse de sexe, vous avez des exigences sexuelles qu’il vous faut combler et votre mari ne peut pas !
– Alors monsieur me fait- il il va falloir faire preuve d’ouverture d’esprit et laisser à votre épouse tout latitude pour se faire mettre de toute façon votre couple ne s’en portera que mieux !voilà vous me devez 25 euros, mais notre prochaine consultation sera gratuite puisque nous avons trouvé la panne s’amuse–t-il ! Revenez la semaine prochaine à la même heure avec ou sans votre mari, comme il veut s’il aime le spectacle se son épouse se faisant prendre sous ses yeux !
– Sinon je tacherai de venir vous voir !
– À très bientôt donc et trouvez-moi vite ce ou ces amants !


Votes des lecteurs :
Pas convaincu(e)J'ai moyennement apprécié le récitJ'ai aimé l'histoireJ'ai adoré, un véritable fantasmeOrgasmique ! (4 vote(s), moyenne : 5,00 sur 5)

Plus d'histoires et de fantasmes :

                  1 réaction

                  Commenter le récit :