Gwenaelle et Hermine

Publié par

Dans la catégorie Récits lesbiens

Étiquettes :

Temps de lecture :~ 5 min

Fanta

Quand j’étais avec mon frère jumeau Ronan en classe d’histoire à la fac, sur Rennes, nous sommes partis avec deux de nos professeurs pour un voyage de recherche et d’études de quinze jours en Italie, parrainé par l’Université.

Nous étions une dizaine de garçons et filles divisés en groupes de quatre pour mieux organiser notre travail. Après un voyage en bus assez fatigant jusqu’en Vénétie, nous avons été installés dans un château transformé pour accueillir des groupes d’universitaires ou chercheurs.

Je partageais une chambre avec Hermine. Rien ne nous prédestinait à cohabiter pendant ces deux semaines. C’était une camarade de classe un peu plus âgée avec laquelle je n’avais pas d’affinités particulières mais il fallait faire avec puisque le tirage au sort en avait décidé ainsi.

Nous avions passé la dernière journée à Venise. De retour vers 23 heures, nous avons voulu prendre une douche dans le cabinet de toilette attenant à notre chambre. Hermine m’a dit de passer la première. Elle avait le temps disait t’elle. J’appréciais cette douche bienfaisante en alternant le chaud et le froid, faisant ruisseler l’eau le long de mon ventre et entre mes cuisses.

A cette époque, j’avais encore ma toison pubienne. J’avais placé mon autre main dessus et je faisais tourner mon index sur mon bourgeon. Soudain, la porte de la douche s’est ouverte et Hermine s’est glissée avec moi dans l’étroite cabine.

Quelle surprise : « Prenons notre douche à deux ! » me dit t’elle en commençant à me frotter le dos avec une éponge gorgée de produit moussant. Puis de face, elle a continué sur mes petits seins, frôlant les tétons pour finir par descendre jusqu’à ma chatte où elle a mis une grande quantité de mousse onctueuse. De mon côté, je faisais la même chose.

Je n’y voyais pas de malice. Nous nous rendions service mutuellement. Mais Hermine n’envisageait pas cela sous le même angle.

Nouvelle surprise lorsqu’elle a laissé tomber l’éponge et qu’elle a commencé à masser les lèvres de ma chatte, faisant coulisser deux doigts dans la fente. Pour me livrer quelques fois aux plaisirs de l’onanisme, je savais que si elle continuait ainsi, je n’allais pas tarder à jouir.

Non, elle s’est arrêtée. Nous avons achevé de nous doucher et nous nous sommes séchées mutuellement dans la chambre où Hermine a continué de me lutiner, caressant mes seins, mes fesses, m’embrassant dans le cou. Je me sentais comme sur un nuage et je me laissais faire.

C’était bon. Je me suis enhardie en tendant mes mains vers ses seins bien ronds, aux aréoles bistre et aux tétons légèrement saillants. Nous nous sommes enlacées pour de bon. Hermine m’a collée contre elle, nos poitrines au contact l’une de l’autre, nos cuisses imbriquées.

Nous avons échangé quelques baisers timides sur les lèvres avant de basculer sur l’un des lits où nous avons poursuivi nos caresses. Hermine s’est mise sur moi, emprisonnant mes cuisses entre les siennes.

Elle a entamé un mouvement circulaire du bassin. Je sentais sa motte contre la mienne. J’étais bien. Je commençais à ressentir le même plaisir que lorsque je me caressais seule ou devant mon frère lors de nos séance communes.

Elle est ensuite descendue jusqu’à mes seins dont elle a mordillé les tétons. Cela m’a fait trembler des pieds à la tête tellement c’était bon. Puis elle est arrivée à ma chatte qu’elle a embrassée avant de glisser deux doigts dans ma fente pour faire rouler mon clitoris entre. J’étais trempée, un peu honteuse de mes sécrétions.

Ma partenaire s’est relevée pour se mettre tête-bêche au dessus de moi. « Fais-moi la même chose » en présentant sa belle chatte aux lèvres larges et bien découpées. Je n’avais jamais vu un sexe de femme d’aussi près. J’ai relevé ma tête et je l’ai embrassée, glissant ma langue entre les lèvres intimes en reproduisant les caresses que je devinais sur mon propre sexe.

Nous étions bien chaudes et pour moi cette découverte de l’amour saphique m’avait bien excitée. Au bout de quelques minutes notre plaisir a éclaté et j’ai recueilli la cyprine d’Hermine dans ma bouche. Cette nuit là, nous avons dormi dans le même lit, un peu étroit mais qui nous permettait de rester enlacées.

Pendant les vacances qui ont suivi, j’ai rencontré Hermine à plusieurs reprises. Elle a achevé mon initiation aux plaisirs de Lesbos. La dernière fois où nous nous sommes vues, Hermine m’a demandée d’essayer avec elle un gode ceinture dont elle venait de faire l’acquisition.

Après nous être bien caressées, elle m’a harnaché et j’ai pénétré sa chatte jusqu’à la faire jouir. Elle était bisexuelle, aimant autant les filles que les garçons. Après les vacances, je ne l’ai plus revue car elle a avait lâché les études et aussi quitté la région. De mon côté, depuis cette période j’aime les filles et leur douceur, sans pour autant dédaigner les garçons et leurs étreintes viriles.


Votes des lecteurs :
Pas convaincu(e)J'ai moyennement apprécié le récitJ'ai aimé l'histoireJ'ai adoré, un véritable fantasmeOrgasmique ! (2 vote(s), moyenne : 4,50 sur 5)

Plus d'histoires et de fantasmes :

                Commenter le récit :